[Interview] Le Réveil des Tropiques « aucun de nous n’avait jamais fait de rock psyché avant »

Après avoir assité à leur représentation au Trokson (Lyon,) nous sommes partis à la rencontre de Réveil Des Tropiques,  groupe parisien aussi génial qu’inclassable. Court entretien avec l’une des énigmes les plus passionnantes de cette année 2013.

Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

On s’appelle Le Réveil des Tropiques. Adrien, Arnaud, Frédéric, Stéphane, Matthieu ; 5 musiciens issus d’univers très différents allant du free-rock au dub, en passant par la noise, l’ambient ou le hardcore.

Question basique mais comment est né le nom « Réveil Des Tropiques ? »

Top secret, c’est politique.

Il est écrit au dos de votre vinyle que l’ensemble des chansons sont le résultat d’improvisations. Comment en êtes-vous arrivés là ?

La musique du Réveil des Tropiques EST improvisée, depuis le premier jour et jusqu’au dernier. Le disque a été enregistré comme ça, simplement.

Du coup rien n’a été écrit avant l’enregistrement ?

Non.

Je n’avais écouté votre album que deux fois avant de venir vous voir en concert et je n’ai pas su dire si vous avez joué des morceaux de l’album; est-ce le cas ?

Toujours selon l’inspiration; de temps en temps, on lance des riffs ou thèmes de l’album. Mais rien de figé, encore une fois.

Vos concerts ne sont jamais les mêmes, je présume.

Non, ils ne sont jamais les mêmes, malgré le fait qu’on ait notre « son », qui évolue perpétuellement.

Qui fait office de chef d’orchestre lors de vos concerts ?

L’Esprit de chaque lieu et le maître fou qui sommeille en nous.

J’imagine que vous avez du grandir avec du Rock Progressif et du Krautrock. Quels sont vos influences majeures ?

Pas vraiment, aucun de nous n’avait jamais fait de rock psyché avant. Mais, oui, le krautrock et les musiques hallucinées font partie de nos influences communes. Les groupes qui nous rassemblent tous sont Pink Floyd, Can, Naked City, ou encore Beak.

On peut lire sur la basse « j’ai cassé une corde » en italien, nous sommes obligés de vous demander si c’est vrai et si oui comment est-ce arrivé?

Non, c’est écrit « Ho scopato una strega »: « j’ai baisé avec une sorcière ». 

Qui est cette belle personne sur la pochette de l’album ?

La sorcière en question…. (rires). C’est un Polaroïd pris par notre ami photographe Stéphane C à Coney Island, une semaine avant l’effondrement des tours.

Quel regard portez-vous sur la scène rock française actuelle ? Quels sont les groupes que vous appréciez ?

One Lick Less, Electric Electric, For Damage, Year of No Light, RadiKal Satan, Besoin Dead, Witxes, Narco Terror et Cobra.

Je sais que vous venez tous de différents horizons et que vous avez tous des side-projects, cela veut-il dire que Réveil Des Tropiques n’existe que le temps d’un album ou peut-on espérer d’autres sorties ?

Rien n’était prévu au début, on joue tous dans d’autres groupes et formations qui nous demandent du temps et de l’investissement (Testarossa, FareWell Poetry, Casse Gueule, Oiseaux-Tempête, Trésors, Object, Eddie135, etc…), mais on a tous pris goût à cette aventure tropicale un peu folle. Si on survit à la tournée, on enregistrera un deuxième album cet été dans une usine désaffectée. On va d’ailleurs enregistrer tous nos concerts pour les rendre disponibles, sous forme de CD-R, et peut-être en version digitale au long de la tournée.

Réveil des Tropiques : Facebook | Bandcamp | Site | Les 5 coups de coeur de Réveil des Tropiques

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Tumblr0
A propos Barth
Passionné de musique en tout genre , ce site n'est qu'un prétexte pour archiver et partager les choses que j'aime.

Laisser un commentaire

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers: